ESPACE UNION SYNDICALE SOLIDAIRES




1. CREATION

1981 : union syndicale - Groupe des dix à partir de 10 syndicats autonomes.
1988 : exclusion ou départ de militants CFDT, notamment dans la santé et dans les PTT, qui créent un nouveau syndicat : " SUD " (Solidaires - Unitaires - Démocratiques). Les syndicats SUD PTT se développent en province.
Les conflits de fin 1995 voient l’extension du mouvement avec Sud Rail et Sud Education.
1998 : création de " l’Union syndicale Groupe des Dix - Solidaires ", au sein de laquelle les syndicats SUD sont prépondérants. Ce développement s’opère à l’intérieur du champ syndical (à partir de militants CFDT ou CGT), mais aussi à l’extérieur de ce champ grâce à une utilisation intelligente du " mouvement associatif ".


2. LES OBJECTIFS

" Eviter les phénomènes d’institutionnalisation, de délégation de pouvoir, d’experts, de superstructures ".
" L’ambition d’être un élément de réponse à la crise du syndicalisme ".
" Agir en dehors du cadre syndical traditionnel qui est corrompu et dangereux " car " ce sont les travailleurs eux-mêmes qui doivent être dirigeants, et si ça n’est pas le cas, c’est à cela qu’il faut travailler et non pas à réformer un système pervers et aristocratique ".


3. LES THEMES D’ACTION PRIVILEGIES

La radicalisation, utilisée comme principal élément fédérateur, appuyé en externe sur les associations pour augmenter la visibilité et la crédibilité par effet de redondance.
Un positionnement contestataire " pluriel ", vis-à-vis des entreprises, des syndicats " traditionnels institutionnalisés " et du " système économico-politique ", notamment du gouvernement.
Un axiome : les nécessaires transformations radicales de la société ne seront possibles que par la lutte. Cette lutte passe par des actions collectives modernisées.
Des thèmes sociaux plus que syndicaux (traduction des liens avec les associations), mais aussi des thèmes spécifiques à chaque structure, dans la défense corporatiste des avantages acquis.


4. LE COMPORTEMENT DES MILITANTS

Un positionnement de renouveau syndical, en s’appuyant en particulier sur un autre acteur que les syndicats : les associations, et la mise en avant d’un " syndicalisme pur " proche de l’anarcho-syndicalisme (références aux Bourses du Travail du 19ème siècle mais aussi au syndicalisme autogestionnaire de la CFDT des années 1970).
Une stratégie de communication performante, autour de débats de société, interpellation des pouvoirs politiques, de la diffusion d’argumentaires très complets et de brochures de qualité, de la recherche d’appuis dans la presse (SNJ membre de Dix), de l’élaboration de multiples sites Internet, parmi les premiers.
Un développement systématique de la guérilla juridique, en application d’une tactique " concession zéro ", qui a permis le développement de spécialistes performants en droit du travail parmi les militants.
Une utilisation du réseau associatif pour développer la visibilité (" Le réseau associatif renforce l’influence, la médiatisation et les moyens d’action des militants " - " Le souci de redéfinir une forme interprofessionnelle différente de ce que font les grands syndicats car les réseaux qui se tissent actuellement se font à côté des organisations syndicales " (Annick Coupé).



POUR OBTENIR PLUS D'INFOS SUR SOLIDAIRES
CLIQUEZ ICI



CLIQUEZ ICI POUR VISITER LE SITE www.solidaires.org
 
Solidaires2


Ce site est destiné à informer les adhérents de la section et, d'une manière générale, toutes les personnes interessées par les actions du syndicat SUD CHIMIE PHARMA.

Ce site ainsi que son contenu reste la propriété de SUD Chimie-Pharma et de ses adhérents.